Infos Actus Marseille

Infos Actus Marseille

Fanni : "Passer un message fort"

Fanni : "Passer un message fort"

Fanni : "Passer un message fort"

Rod Fanni : "Tant qu’on a notre destin en main, il faut faire en sorte que ça continue"

Rod, dans quel état d’esprit êtes-vous à deux jours du choc face à Lyon ?
L’état d’esprit est bon, on se sent bien. Il y a des sourires, de l’envie. On est conquérants, je nous sens solidaires. On verra lors du match mais pour l’instant ça se passe bien.

La victoire face à Troyes vous a-t-elle redonné confiance après les deux défaites à Paris ?
Si on avait perdu ou fait match nul contre Troyes, on aurait été beaucoup moins bien dans les têtes. Il y aurait eu surtout plus de doutes. Là, on sent qu’on a fait de bonnes choses à Paris même si tout n’a pas été réussi. Avec ce match gagné contre Troyes, il y a plus de certitudes.

Tu t’attends à affronter quelle équipe lyonnaise dimanche ?
Cela n’aura rien à voir avec la précédente opposition (défaite de l’OM 1-4 au Vélodrome). C’est une équipe qui joue, il y aura de la place pour des combinaisons et l’occasion de s’exprimer «footballistiquement». Ce match peut nous servir mais on doit garder une certaine humilité dans les têtes. Il faut continuer à jouer simple, c’est ainsi qu’on arrivera à produire de bonnes choses.

La concurrence est très forte au sein de la défense marseillaise. Souleymane Diawara est sur le banc actuellement mais ne semble pas se plaindre…
C’est propre à Souley. Je ne l’ai jamais vu au cours de sa carrière se plaindre. Il n’est jamais négatif, c’est pour cela qu’il est autant aimé par tout le monde. Ce n’est pas le genre de mec à jalouser.

Quel regard portes-tu sur ta saison olympienne ?
Cela se passe plutôt bien, je marque même des buts (rires). Maintenant, à titre collectif, je préférerais que nous soyons plus réguliers. On a vraiment tout pour faire quelque chose de beau et on gâche souvent nos chances car, psychologiquement, on ne gère pas nos matchs.

Cette Ligue 1 est surprenante non ?
On sait que ça ne tient à pas grand-chose, même pour ceux qui sont devant nous. C’est fragile pour tout le monde. Souvent, on nous parle de devant ou des poursuivants mais il faut s’occuper de nous avant des autres. Au final, ce qui comptera c’est ce qu’on fera nous. Et tant qu’on a notre destin en main, il faut faire en sorte que ça continue.

Une victoire pourrait donner de nouvelles ambitions à l’OM ?
C’est une occasion de faire passer un message fort. On a envie de quelque chose dans ce championnat et il faut s’en donner les moyens au niveau comptable. Une victoire nous ferait énormément de bien.

Comment expliques-tu l’irrégularité de ton équipe ?
Parfois, on se complique la tâche. On perd en simplicité. Dès qu’on joue plus simple, ça tourne mieux tout de suite et ça amène de la confiance. Quand certains veulent faire la différence tout seul, on prend des contres, la confiance s’effiloche et on joue beaucoup moins bien. C’est ce genre de match où on prend un but stupide et où on est obligé de faire un double effort pour rattraper les choses. C’est un jeu dangereux, on perd beaucoup d’énergie alors qu’on pourrait se faciliter les choses à garder ce fil conducteur qui nous fait du bien.

Pouvez-vous encore aller chercher Paris à la première place ?
Rien n’est joué. Ils n’ont pas 10 points d’avance sur tout le monde. L’argent contribue à la réussite mais n’est pas une science exacte…

OM.net